Blablaterama ..le blog politique et poetique

Blablaterama ..le blog politique et poetique

Hommage aux soldats morts au Mali


Mort accidentelle d'un soldat français au Burkina Faso

 

1398957877.jpg
Samir Bajja, adjudant français des forces spéciales, est décédé samedi au Burkina Faso dans un accident d'hélicoptère survenu lors d'un vol d'entraînement. 

Le soldat de 38 ans, né à Nîmes et sous-officier au 4e régiment d'hélicoptères des forces spéciales de l'Armée de terre, se trouvait à bord d'un hélicoptère Caracal, qui s'est écrasé samedi vers 21h "lors d'un vol nocturne d'entraînement tactique" a précisé l'entourage du ministre de la Défense.

L'adjudant Samir Bajja. Engagé dans les armées depuis 16 ans, il avait notamment servi en Côte d'Ivoire, en Afghanistan, au Tchad et au Mali. Il était médaillé de la Croix de la valeur militaire au titre de son engagement au Mali".
L’adjudant Samir Bajja est le deuxième soldat français à mourir au Sahel depuis le lancement de l’opération Barkhane le 1er août dernier.


30/11/2014
0 Poster un commentaire

Morts pour la France dans le combat au Mali

pizap.com10.79400481050834061399554897463.jpg
 

 J'exprime mon profond respect pour le sacrifice de ces soldats".

 

 

 

lieutenant-damien-boiteux.jpg

 

Le 11 janvier 2013, lors de la première phase de l’opération Serval consistant, en appui des forces armées maliennes, à stopper l’avancée des groupes djihadistes vers le Sud du Mali, le Lieutenant Damien BOITEUX du 4e régiment d’hélicoptères des Forces spéciales a été mortellement blessé alors qu’il était aux commandes de son hélicoptère.

 

 

 

 

 

 sergent-chef-vormezeele.jpg

 Le légionnaire tué est le sergent-chef Harold Vormezeele, a précisé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian dans un communiqué. "Sous-officier de la section de commandos parachutistes du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP) de Calvi, Harold Vormezeele a été tué lors de combats menés contre des groupes terroristes à 50 km au sud de Tessalit", a-t-on précisé...

 

 

 le-caporal-cedric-charenton.jpg

 Le caporal Cédric Charenton, appartenant au 1er RCP et engagé dans l’opération Serval depuis le 25 janvier dernier, a été mortellement touché par un tir ennemi lors des combats menés hier dans le massif de l’Adrar, au nord du Mali. Selon le ministère de la Défense, « c’est hier vers 18 heures, alors que sa section montait à l’assaut d’une position ennemie au cœur du sanctuaire des terroristes, que notre soldat a été tué par des groupes armés lors d’un violent accrochage ».

« Agé de 26 ans, le caporal Cédric Charenton a apporté de nombreuses fois la preuve de son courage lors des missions qu’il a remplies en Nouvelle-Calédonie, en Afghanistan et au Gabon. Le souvenir de son sacrifice dans l’un des combats les plus violents que nos forces aient connus sur le territoire malien nous animera à jamais. Le caporal Charenton, engagé depuis moins de quatre ans dans l’armée de terre, est mort pour la France, pour notre liberté, pour notre sécurité », a déclaré Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

 

 

 brigadier-chef-de-1re-classe-wilfried-pingaud.jpg

  L'Elysée annonce dans un communiqué la mort ce mercredi matin d'un nouveau soldat français au Mali.

Le brigadier-chef Wilfried Pingaud, 37 ans, participait à une mission de reconnaissance avec un détachement de l'armée malienne quand leur unité a été prise à partie par un groupe de combattants islamistes, a-t-on appris auprès de l'état-major des armées. 

communiqué de presse

 Son courage et son sacrifice l'honorent. Je m'associe à l'hommage que lui rendent ses compagnons d'armes et les Français...

 

 

 

 

 

caporal-van-dooren.jpg

 L'Elysée annonce ce dimanche matin la mort d'un soldat français au Mali.
Il s'agit d'un caporal du 1er régiment d'infanterie de marine d'Angoulême Alexandre Van Dooren ...

 Ce marsouin effectuait avec ses camarades des GTIA 3 et GTIA Para une reconnaissance offensive au sud de la vallée de l'Amettetaï (à 60 km au sud de Tessalit lorsque son AMX10-RC    a sauté sur un engin explosif (IED ou mine). Il a été tué dans l'explosion et trois de ses camarades blessés, dont deux sérieusement (tous ont été évacués sur l'antenne chirurgicale de Tessalit).

Dans son communiqué, François Hollande a exprimé sa "grande tristesse". Le chef de l'Etat "adresse à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances et le respect de toute la Nation". Il salue "avec émotion la détermination et le courage des forces françaises engagées au Mali dans l'ultime phase, la plus délicate, de leur mission", conclut le communiqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                     mali-deces-du-caporal-chef-stephane-duval.jpg

Le caporal-chef Stéphane Duval était marié et père de deux enfants, âgé de 32 ans, appartenait au détachement des forces spéciales du 1er Régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Bayonne.

« Ce décès est survenu dans le cadre des nombreuses opérations de sécurisation pilotées par l’armée française et qui ont pour objectif d’affaiblir les groupes terroristes en les poursuivant sans relâche et en détruisant toute leur logistique » précise le communiqué officiel.

Le véhicule léger dans lequel circulait le caporal-chef Duval a sauté sur un engin explosif. Dans l’explosion, deux autres soldats français ont également été grièvement blessés. Ils ont été évacués immédiatement par hélicoptère vers Tessalit et leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés.

 

 

bch-martin-vallet.jpg

 Le brigadier-chef MARTIN-VALLET était engagé au Mali depuis le 30 mai 2013 dans le cadre de l'opération SERVAL où il remplissait la fonction de spécialiste manutention transport. Mardi 30 juillet, en fin d'après-midi, il a été victime, à bord de son véhicule de transport logistique (VTL), d'un accident mortel à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est de Douentza. Lors d'un convoi logistique en direction de Bamako, son véhicule a versé dans un fossé aprés avoir cherché à éviter une ornière. Au cours de cette mission, le brigadier-chef est décédé et un soldat a été blessé. Les deux militaires ont été évacués vers l'antenne chirurgicale de Gao.

 

 

4413411_5_4024_patrouille-francaise-au-mali-lors-de_d72e45a899fa319fc7449b7fc03b4659.jpg

 

 

 

 

Un sous-officier français Marcel Kalafut a été tué en opération dans le nord du Mali dans la nuit, indique l'Elysée, jeudi 8 mai. 

1929015131.7.jpg

Dans le cadre des missions d'infiltration et de recherche pour maintenir la pression sur les groupes armés terroristes (GAT), une colonne " d'éléments extrêmement légers " du GCP du 2e REP patrouillait dans le massif de Tigharghar à 5 km au nord-est de Tessalit lorsqu'un des véhicules P4 a explosé sur une probable mine peu avant minuit.

" C'est typique des modes d'actions terroristes, explique le colonel Jaron, porte-parole de l'état-major des armées. Ils ne sont plus dans la recherche du combat frontal. Par des mines, des IED (engins explosifs improvisés) ou des roquettes, ils cherchent à marquer les esprits en créant un incident. "

Trois soldats français ont été blessés lors de l'explosion. Ils ont été rapidement transportés en hélicoptère jusqu'à une équipe médicale présente sur le camp de Tessalit. L'un d'entre eux est mort de ses blessures. Son corps et les deux blessés plus légers ont été transférés vers Gao en fin de nuit.

« Le chef de l'Etat exprime son grand respect pour le sacrifice de ce légionnaire français », peut-on lire dans un communiqué de l'Elysée. Il exprime sa « totale confiance » aux forces françaises engagées dans la lutte « contre les groupes armés terroristes ».

Le véhicule du soldat tué a percuté un « engin explosif improvisé » placé par un groupe djihadiste.

 

 

 1reg.JPG

 

 

 1714642361.jpg

L’ADjt Chef Dejvid NIKOLIC était projeté au Mali depuis le 23 avril en qualité de chef de groupe EOD (Explosive ordnance disposal). Le 14 juillet, en fin d’après-midi, il était engagé dans une opération de contrôle de zone à une centaine de kilomètres au nord de Gao lorsqu’un véhicule suicide a attaqué des éléments de la force Serval. Sept militaires ont été touchés par l’explosion, dont trois grièvement. Evacué par hélicoptère vers l’hôpital militaire de campagne de Gao, l’ADC NIKOLIC est décédé dans la soirée des suites de ses blessures.

L’ADC NIKOLIC était titulaire de la médaille d’or de la défense nationale et de la médaille outre-mer agrafes LIBAN, AFGHANISTAN et TCHAD. Il était célibataire, sans enfants.

Sa biographie

 

 

 

 

Le sergent-chef Thomas Dupuy

607586339.jpg

Le sergent-chef Thomas Dupuy (photo armée de l'air), du commando parachutiste de l’air n°10 d’Orléans, affilié aux forces spéciales, est mort dans la nuit de mardi à mercredi lors d’une opération planifiée contre un groupe armé terroriste. « De type AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) », avait indiqué dans l’après-midi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian qui ne faisait alors état que de « violents accrochages » dans le massif de Tigharghar et la vallée d’Amettetai à l’extrême nord-est du Mali.

sa biographie

12107719_938252199553839_4593754087034124772_n.jpg

Barkhane : mort au combat d’un sous-officier engagé dans la lutte contre le terrorisme.

Le jeudi 26 novembre 2015 à Paris, le sergent-chef Alexis Guarato du commando parachutiste de l’air n°10 (CPA 10) d’Orléans est décédé des suites de ses blessures.

Le mardi 13 octobre 2015, le véhicule des forces spéciales
à bord duquel il se trouvait a sauté sur une mine dans une zone située au nord du Mali.

Sous-officier de grande valeur, il avait notamment été engagé
en Afghanistan, en Côte d’Ivoire et dans la bande sahélo-saharienne au sein du groupe d’action CPA 10.

Il est mort en combattant les groupes armés terroristes.


11/01/2014
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :